Rechercher
  • Mathilde Villette

Détox ? Ou plutôt cures naturopathiques !


Le but de la naturopathie est de tenter de comprendre pourquoi l’homme développe une ou plusieurs pathologies, & quelles en sont les véritables causes.

« Trouvez la cause & supprimez-la. Puis trouvez la cause de la cause & supprimez-la. Puis trouvez la cause de la cause de la cause & supprimez-la » Hippocrate


Cela nécessite souvent voire toujours une remise en cause des habitudes & de l’hygiène de vie du consultant.

« Quand quelqu’un désire la santé, demandez-lui d’abord s’il est prêt à supprimer les causes de sa maladie. Seulement alors est-il possible de l’aider. » Hippocrate

Nous pouvons évoquer plusieurs causes quotidiennes d’encrassage :

✓ La toxémie par l’accumulation de toxines

✓ Le non-respect des lois de la santé qui engendre des perturbations du terrain et la toxémie

✓ Le stress, les troubles psycho-émotionnels, sources de conflits, de tension et de manifestations somatiques


En naturopathie, il existe 3 grandes cures :

✓ Cure de détoxication : drainage et élimination

✓ Cure de revitalisation : apport et reconstruction

✓ Cure de stabilisation : équilibre et ajustement

Avant de commencer, il est important de faire un bilan de santé, qui déterminera les techniques et les procédés à utiliser.

La cure de détoxination ou détoxication

Le but de cette première cure est de :

Réduire la source de toxémie et de surcharges

Ouvrir les émonctoires afin de permettre à l’organisme l’élimination

Libérer l’énergie vitale

La durée de drainage est en général de 21 jours, mais varie en fonction du sujet.

=> Réduction de la toxémie & des surcharges

Les surcharges peuvent être de sources différentes : alimentaires, chimiques, médicamenteuses, émotionnelles, professionnelles…

Cette exposition constante va :

S’accumuler dans l’environnement et les organismes vivants

✓ Produire une intoxication progressive à bas bruit par accumulation

Saturer les organes (émonctoires)

Déséquilibrer les flores (cutanée, vaginale, buccale, immunitaire)

Déséquilibrer les métabolismes

Affaiblir le système immunitaire

Déclencher des pathologies plus ou moins graves


L’encrassage a pour conséquence la production d’acidité (cristaux) et de mucus (colles) qui génèrent diverses pathologies d’ordre digestives, cutanées, circulatoires…

Chacun d’entre nous a un seuil de toxémie. Si ce seuil de tolérance de toxémie est atteint, le processus d’ouverture des émonctoires (peau, reins, poumons, foie, intestins) se met en route grâce à la force vitale. On perd de la force vitale lorsqu’on ouvre les émonctoires. Toute ouverture d’émonctoire demande de l’énergie. Il ne faut pas faire de cure de détoxication à une personne de faible force vitale (enfant, personne âgée, malade…).

=> Ouverture des émonctoires (foie, intestins, reins, poumons & peau)

Les émonctoires sont des portes de sortie ou des filtres. Ils sont chargés d’éliminer les toxines de l’organisme.

LE FOIE

Le foie est l’émonctoire le plus important de l’organisme car il est le plus sollicité. Il filtre & élimine les déchets (comme les autres émonctoires) & neutralise de nombreuses substances toxiques & cancérigènes.

Les déchets filtrés par le foie sont éliminés dans la bile. Il est donc nécessaire d’avoir une bonne production & un écoulement régulier de bile.

Le drainage du Foie se fera avec des plantes hépatiques (cholérétiques et cholagogues). A prendre le soir avant le coucher.

Les plantes cholérétiques (augmentent la sécrétion biliaire) : chrysantellum, aubier de tilleul, fumeterre.

Les plantes cholagogues (facilitent la vidange gastrique) : chardon marie, radis noir, olivier.

Les plantes cholérétiques & cholagogues : artichaud, pissenlit, romarin.

Les plantes hépato-régénératrices : desmodium, chardon marie, betterave.

L’INTESTIN

L’intestin grêle & le gros intestin ont un rôle très important dans la digestion & l’assimilation. Ce rôle peut être perturbé lorsque la flore intestinale est déficiente en qualité & en quantité à cause des putréfactions (protéine en excès) ou des fermentations (glucides en excès) & engendrer des perturbations du transit. La stagnation au niveau des intestins constitue une grande source d’auto intoxication.

Le drainage se fera avec des plantes laxatives plus ou moins douces.

Il existe 3 types de draineurs :

- Draineurs à mode d’action mécanique (moins nocifs & plus doux) qui sont des laxatifs : psyllium, son, lin, ispaghule.

- Draineurs à mode d’action chimique qui vont stimuler le péristaltisme intestinal en agissant sur le système nerveux & la musculature lisse des intestins & en augmentant la sécrétion d’eau & de mucus. Leur action est rapide mais variable : la bourdaine (attention fort), la mauve, l’eupatoire, le séné (très fort aussi), la cascara, la polypode (réglisse des bois), la rhubarbe de chine, l’aloé verra & le tamarin.

- Draineurs à mode d’action osmotique, ce sont les laxatifs & purges salines, sels minéraux de laboratoires plus ou moins irritants pour les intestins. Effets indésirables : ballonnements, selles semi-liquides voir liquides, à utiliser sur une courte période ou occasionnellement : chlorure de magnésium, sulfate de soude, poudre de bertelet.

LES REINS

Leur fonction consiste à filtrer & à évacuer les déchets circulant dans notre sang & en font un des émonctoires principaux de notre organisme. C’est par eux que passent tous les acides & cristaux. Ces acides & ces cristaux sont dangereux pour notre organisme, il n’est donc pas question de les garder longtemps. Pour cela, il est important que les liquides circulants soient fluides & fréquents (boire fréquemment une eau faiblement minéralisée).

Mais cela ne suffit pas, il est important de réduire la consommation de protéines animales, de produits laitiers, de sucres raffinés, de café & de thé noir : les reins sur-sollicités peuvent apporter des calculs rénaux.

Le drainage se fera à l’aide de plantes diurétiques : bouleau, orthosiphon, frêne, ortie, genévrier, piloselle, prêle des champs… & d’eau peu minéralisée pour ne pas fatiguer les reins (ex : Mont Roucous).

LES POUMONS

De l’extérieur vers l’intérieur, c’est l’air que nous respirons qui permet à nos cellules de vivre & de respirer. Les filtres peuvent s’encrasser en cas d’activité physique insuffisante (va toucher l’organisme qui ne réussira plus à éliminer totalement le gaz carbonique).

Le drainage se fera à l’aide de plantes ou huiles essentielles expectorantes, fluidifiantes des sécrétions bronchiques : eucalyptus globulus (voie respiratoire basse), eucalyptus radiata (voie respiratoire haute), guimauve (= mauve), bouillon blanc, pin sylvestre, marrube.

LA PEAU

Emonctoire qui a le potentiel pour éliminer une masse importante de substances toxiques. Rejette des déchets cristaloïdaux par la sueur (glandes sudoripares) des déchets colloïdaux, par le sébum (glandes sébacées). La transpiration est un excellent moyen d’éliminer les toxines. L’effort physique fera ainsi travailler les poumons qui se rechargeront.

Le drainage se fera grâce aux plantes sudorifiques : bardane, sureau, aubier de tilleul, pensée sauvage.

Il est intéressant d’avoir recourt à la réflexologie plantaire pour stimuler les émonctoires.


=> Libération de l’énergie vitale

Pour permettre à l’énergie vitale de circuler, il faut :

✓ Mettre de l’ordre dans ses pensées, éviter les pensées négatives, destructrices, dévalorisantes pour mettre plus l’accent sur ce qui est positif.

✓ Se relaxer : sophrologie, méditation, yoga, cohérence cardiaque …

✓ Faire les réajustements nécessaires : ostéopathe, chiropracteur, fasciathérapeute…

✓ Lever les barrières et les blocages anciens ou récents : énergétique et Fleurs de Bach

✓ Stimuler la circulation de l’énergie vitale grâce à la réflexologie, Qi-Gong …

✓ Dormir

✓ ¨Prendre le soleil

✓ Faire un tour dans la nature

✓ Favoriser les échanges humains

✓ Faire des exercices respiratoires

La cure de détoxination sera comprise entre 3 semaines et 2 mois. Sans oublier que le drainage ne doit pas excéder 3 semaines.

La cure de revitalisation

La cure de revitalisation suit la cure de détoxination, mais elle peut aussi la précéder si le sujet est trop fatigué pour entamer la 1ère cure.

Elle met à profit cette période pour réformer son hygiène de vie et assurer une vitalité constante.

1. Retour à une alimentation santé : BIO, local & aliments non transformés.

2. Eviter les dévitalisants : café, thé noir, alcool, sucre, médicaments de confort. Idem pour les écrans (TV, ordi, téléphone).

3. Combler les carences : protéines, lipides, glucides, vitamines, minéraux et oligoéléments ; mais aussi émotionnels, environnementaux, énergétiques…

4. Reprise d’une activité physique régulière : pour permettre la normalisation du catabolisme, le maintien de la masse musculaire, évacuation des déchets (transpiration, acides volatiles poumons).

5. Introduction de facteurs vitalogènes : adopter des habitudes qui permettent de se ressourcer le plus régulièrement possible.

La cure de stabilisation

C’est une période d’ancrage des acquis. Elle consiste à maintenir la vitalité à son maximum. Les changements et les habitudes prises au cours des 2 premières cures, doivent s’intégrer dans la durée.

Il va s’agir d’harmoniser le corps, l’alimentation, l’environnement et les activités, cela pourrait ressembler à un idéal de vie (tendre vers cet objectif).

Besoin de plus d’infos ou d’explications ? N’hésitez pas à me contacter !


Mathilde Villette

Tél. 06 22 36 51 00

mathildevilletterelax@gmail.com

06 22 36 51 00

Cabinet au 46 rue Louis Plana 31500 Toulouse

Déplacement à domicile & en entreprise
sur la région Toulousaine

©2019 by Mathilde Villette